Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de snj-normandie.over-blog.com
  • Le blog de snj-normandie.over-blog.com
  • : Le syndicat national des journalistes propose ce blog à tous ses adhérents et sympathisants pour faire le point sur l'actualité sociale dans les entreprises de presse de Normandie.
  • Contact

Syndiquez-vous !

Plus qu'une possibilité, c'est devenu aujourd'hui une nécessité. Face à un actionnariat de presse qui ne cesse de se concentrer, qui chaque jour multiplie les atteintes aux conditions de travail (blocage des salaires, tentatives de supprimer des RTT, plans sociaux qu'ils soient officiels ou déguisés), qui met en oeuvre des stratégies globales (notamment sur les droits d'auteur), le SNJ apporte ses réponses. Majoritaire dans la profession, il sera d'autant plus fort que ses militants seront plus nombreux.

Recherche

En musique

25 avril 2010 7 25 /04 /avril /2010 16:37

Grèves à répétition, démission du PDG, rumeurs de vente : Nice-Matin, fleuron du pôle sud de GHM, est en pleine tourmente. Le SNJ Normandie apporte son soutien le plus total aux salariés qui, inquiets de projets à demi-avoués de GHM, luttent pour faire respecter leurs conditions de travail et la pérennité de leur outil tant industriel que rédactionnel.

Quand Groupe Hersant Media avait racheté le pôle sud (160 millions d'euros), le groupe avait annoncé, urbi et orbi, sa volonté de se recentrer sur la PQR. Mais trois crises au moins ont plombé sa stratégie. D'une part le lectorat s'est brusquement effrité, d'autre part les titres Paru-Vendu ont cessé d'être la réserve de trésorerie de GHM et enfin la crise économique mondiale a fait fondre en 2008-2010 les ressources publicitaires. Un triple événement que les analystes de GHM n'avaient pas prévu. Il se raconte que le groupe, pour boucler la fin d'année, alors qu'il est sous la pression des banques, doit trouver 30 millions d'euros...

C'est dans ce contexte que survient la crise à Nice-Matin, une crise qui a des répercussions à La Provence mais aussi, dans une moindre mesure, à l'Union et à la SNPEI. Faute de cash fin 2010, l'issue de cet exercice budgétaire promet d'être sanglant pour l'emploi. Et cela sans réelles perspectives de développement.

Récemment, c'est le projet de vente du siège de Nice-Matin qui a mis le feu aux poudres. Des rumeurs insistantes, certes démenties par GHM (mais on sait qu'un démenti ne vaut que jusqu'à la conclusion d'un éventuel contrat), font état de la vente du journal tout entier, le groupe Bolloré serait à l'origine de la manoeuvre, et cela quand bien même Nice Matin va être doté d'une rotative neuve en 2011.

En fin de semaine, à la suite de plusieurs conflits sociaux, les salariés du groupe Nice-Matin se sont mis 
en grève et ont fabriqué un journal de huit pages distribué à la place des éditions habituelles 
de Nice-Matin, Corse-Matin et Var-Matin. 
Cette décision intervient après la confirmation par 
le directeur du groupe Hersant Media (GHM), Dominique Bernard, du projet de cession de la maison mère,
 à Nice. « Un projet de lease-back (cession bail) 
comme celui de la direction nous obligerait à payer 
3 à 5 millions d’euros de loyer », ce qui grèverait gravement les comptes du journal, selon Jean-François Roubaud, le délégué SNJ et représentant de l’intersyndicale. Les salariés s’étaient déjà mis en grève les 1er et 6 avril. GHM a annoncé la "suspension" de ce projet, mais pas son annulation. GHM a sommé le PDG du titre, Eric Debry, de faire signer aux représentants syndicaux une lettre reconnaissant leur responsabité dans l'édition de ce "journal de grève". Mais les choses semblent s'être mal terminées : le Pdg a démissionné jeudi dans la soirée, rapporte l'agence Presse News. Eric Débry a écrit une lettre aux représentants syndicaux, à la demande de GHM, pour les informer de l’intention du groupe de mener des poursuites judiciaires à l’encontre des syndicats si l’utilisation frauduleuse de l’outil industriel et des actions attentant à la réputation de Nice matin se poursuivaient, indique Presse News. Face au refus des deux délégués syndicaux de signer le document, Éric Debry, aurait choisi de démissionner. Le quotidien n'est pas paru vendredi. Et l'intersyndicale, pour que la situation redevienne normale, demande à GHM de refuser la démission d'Eric Debry, quitte à le maintenir aux manettes de Nice Matin.

C'est aussi dans ce contexte que des medias – alors même que GHM a démenti tout projet de la sorte – font état d'une possibilité de la vente du titre tout entier à un groupe italien adossé à Bolloré. Clairement, GHM fait feu de tout bois pour tenter compenser les pertes liées à ses choix stratégiques et n'adopte pas une politique de transparence complète avec les organisations syndicales.

Si, pendant deux ou trois ans, l'achat du groupe Paru-Vendu a semblé rentable, le cash qu'il a exigé a gelé des projets industriels qu'on ne reverra pas de sitôt, Paru-Vendu étant désormais dans les plus grandes difficultés. Des difficultés tout aussi visibles dans le pôle sud dont les deux entités avaient été achetées à prix fort (160 M€) à l'époque et qui désormais semblent sur la sellette. Qui paiera les pots cassés ? Les salariés de tout le groupe GHM, bien sûr. A l'exemple des confrères de Nice Matin, mobilisons-nous pour éviter toute dérive.

Le SNJ Normandie

Pour en savoir plus : http://www.libemarseille.fr/henry/2010/04/d%C3%A9mission-du-pdg-de-nicematin-selon-des-salari%C3%A9s.html

http://www.marsactu.fr/2010/04/22/selon-la-lettre-a-lediteur-du-corriere-dela-sera-sinteresserait-a-nice-matin-grace-a-bollore/

http://www.sosnicematin.com/sosnicematin/Actu/Entrees/2010/4/19_Des_milliers_de_coeurs_debout.html

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by SNJ - dans entreprises
commenter cet article

commentaires