Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de snj-normandie.over-blog.com
  • Le blog de snj-normandie.over-blog.com
  • : Le syndicat national des journalistes propose ce blog à tous ses adhérents et sympathisants pour faire le point sur l'actualité sociale dans les entreprises de presse de Normandie.
  • Contact

Syndiquez-vous !

Plus qu'une possibilité, c'est devenu aujourd'hui une nécessité. Face à un actionnariat de presse qui ne cesse de se concentrer, qui chaque jour multiplie les atteintes aux conditions de travail (blocage des salaires, tentatives de supprimer des RTT, plans sociaux qu'ils soient officiels ou déguisés), qui met en oeuvre des stratégies globales (notamment sur les droits d'auteur), le SNJ apporte ses réponses. Majoritaire dans la profession, il sera d'autant plus fort que ses militants seront plus nombreux.

Recherche

En musique

14 février 2011 1 14 /02 /février /2011 10:19

 

Débat lancinant au sein des instances du SNJ : quelle place doit avoir le SNJ au sein de l'union Solidaires dont il est membre fondateur (voir posts précédents). Une orientation générale doit être donnée lors du congrès d'Autrans en octobre 2011. A la majorité de ses membres, le SNJ Normandie a adopté la motion suivante.

rubon0

 

« Partons d'un constat : les militants SNJ sont le plus souvent autoformés, systématiquement bénévoles et défendent de façon catégorielle les journalistes. C'est, d'un point de vue de l'efficacité pour la défense des intérêts des salariés, une impasse.

La loi sur la représentativité passée en 2008, qui fait la part belle aux grosses confédérations, menace clairement la représentativité du SNJ. Si, dans la plupart des boîtes de PHR et de PQR, le SNJ demeure le 1er syndicat de la profession pour l'instant, il est fortement menacé dans l'audiovisuel. Or, si le SNJ n'a pas d'élus mais que des délégués syndicaux dans ces boîtes (et encore il faut qu'il passe la barre des 10 %), sa parole sera d'autant moins entendue par les éditeurs.

Pourquoi alors Solidaires ? Voilà des militants syndicaux plus aguerris que nous, qui chacun ont une réelle technicité dans leurs interventions syndicales. Solidaires, cela peut être pour nous un vaste réseau de connaissances sur les problèmes généraux des salariés (cf le travail effectué sur les retraites, la médecine du travail, les interventions en CHSCT, le pouvoir d'achat, les techniques de négo pour la NAO...).

Par ailleurs, pour défendre la présence de notre parole et de nos interventions syndicales dans les boîtes où la représentativité du SNJ est menacée, la création de section Solidaires medias peut permettre de fédérer au-delà de la seule catégorie "journaliste", même si cette fédération est nécessairement conflictuelle à la marge, quand des collèges s'opposent notamment sur des problèmes d'emploi..

Pourquoi Solidaires fait-il peur ? D'une part, c'est un fait avéré, la tête de Solidaires n'a su s'opposer à des comités locaux de Sud lors de la création de sections Sud dans quelques collèges journalistes ainsi qu'une liste à la commission de la carte au 2e tour. Scandaleux car cela voulait dire que deux syndicats d'une même union (Solidaires) se disputaient les votes et cela contribuait à la division des salariés. Ce phénomène est totalement marginal dans les entreprises, il est plus inquiétant à la commission de la carte (même si le score de cette liste a été très faible). D'autre part, la tête de Solidaires a parfois pris des positions nettement politiques, ce qui heurte et choque certains de nos mandants et qui entre en contradiction avec la pluralité d'opinions des adhérents du SNJ qui votent (quand ils votent) probablement sur tous les carrés de l'échiquier politique, de Marine Le Pen à Besancenot. Mais devons-nous jeter le bébé avec l'eau du bain ? Si, sur la plupart des positions syndicales, le SNJ est en grande cohérence avec les positions de Solidaires, il peut garder son indépendance politique en se dissociant des prises de position qui n'entrent pas dans le/son champ syndical.

Comment alors mieux appréhender les positions de Solidaires et mieux participer à ses instances ? Et que pouvons nous en retirer ?

Il faut que nous investissions les unions solidaires locales. Nous y défendrons les problèmes spécifiques des journalistes, cela d'autant plus que certains militants Solidaires, ayant la vue un peu basse, pensent que les journalistes sont à la solde des pouvoirs en place et ignorent les contraintes de nos métiers. Echanger permettra de dissiper les malentendus, tout en gardant notre indépendance. Dans une dialectique subtile, cet échange permettra aussi de remonter au SNJ des problématiques syndicales que nous n'avions pas identifié en raison de leur l'urgence, de leur technicité ou de leur faible médiatisation. Par ailleurs cet échange permettra aussi de distiller dans nos colonnes, par un biais ou un autre, davantage d'informations syndicales et locales. On imagine bien que si le SNJ investit des unions locales, il en retirera aussi des idées de papier, lesquelles permettront de syndicaliser davantage. Et c'est un gain pour les salariés même si nous devons veiller à ne pas devenir des porte-voix serviles mais le faire en toute rigueur professionnelle. Et ça, il est vrai, il faudra en convaincre les militants de Solidaires qui ont une conception parfois étrange de nos métiers.

Par ailleurs, le SNJ n'est pas riche. Les frais judiciaires augmentent terriblement. S'appuyer sur Solidaires pour des formations syndicales sur des problèmes généraux (le rôle et les missions du DP, du CE, du DS, du CHS par exemple), permet de réduire des coûts non négligeables. Le SNJ gardera toujours un volet formation, c'est normal et légitime, mais en externaliser un peu ne peut faire de mal à nos finances.

Concrètement, cela supposera que nous, bénévoles, ayant peu d'heures de délégation pour la plupart, prenions encore un peu plus de temps pour le syndicat. C'est le point le plus difficile. On peut imaginer qu'il n'est pas utile que tous les militants aillent dans toutes les unions locales. Un par département ? Un par grande agglomération ? Au feeling ? Avec des militants "tournants" ? Toutes les solutions sont possibles et "débattables" mais si cette position devait être celle de la section Normandie, il faudrait que les militants qui aillent dans ces instances de Solidaires (les unions locales et leur réunion mensuelle) en fassent pour le bénéfice de tous de courts compte-rendus ».

Le SNJ, section Normandie, Le Tréport, 11 février 2011

Partager cet article

Repost 0
Published by SNJ - dans syndicat
commenter cet article

commentaires