Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de snj-normandie.over-blog.com
  • Le blog de snj-normandie.over-blog.com
  • : Le syndicat national des journalistes propose ce blog à tous ses adhérents et sympathisants pour faire le point sur l'actualité sociale dans les entreprises de presse de Normandie.
  • Contact

Syndiquez-vous !

Plus qu'une possibilité, c'est devenu aujourd'hui une nécessité. Face à un actionnariat de presse qui ne cesse de se concentrer, qui chaque jour multiplie les atteintes aux conditions de travail (blocage des salaires, tentatives de supprimer des RTT, plans sociaux qu'ils soient officiels ou déguisés), qui met en oeuvre des stratégies globales (notamment sur les droits d'auteur), le SNJ apporte ses réponses. Majoritaire dans la profession, il sera d'autant plus fort que ses militants seront plus nombreux.

Recherche

En musique

10 février 2010 3 10 /02 /février /2010 08:28

Le SNJ a décidé d'ouvrir une réflexion sur notre appartenance et notre rôle au sein de l'union syndicale Solidaires. Et ce débat doit commencer dans les sections régionales. D'où la présence à l'assemblée générale du SNJ Normandie de Malik LAIDI, secrétaire général au SNJ.
Les trois enjeux du débat :
Le SNJ est un syndicat catégoriel mais doit prévoir les risques liés aux nouvelles lois de représentativité. La fédération Solidaires peut permettre au SNJ de s'ouvrir ou de se perdre dans un conflit plus large et à d'autres catégories sociales.
Les prises de positions politiques de Solidaires peuvent-elles correspondre à celles du SNJ, qui revendique une autonomie et une hétérogénéité de ses adhérents ?
Les champs de syndicalisation concurrents : les sections d'entreprise du SNJ dans la presse écrite sont dans des situations confortables mais dans quelques cas, lors d'élections, une liste liée à Solidaires venait concurrencer une liste SNJ (ce qui est interdit dans les statuts de la Fédération). C'est un phénomène marginal mais symboliquement fort, même si les résultats des élections en question ont montré la suprématie du SNJ.

Le SNJ est un membre fondateur de Solidaires et son appartenance avait fait quasiment l'unanimité.
Les expériences de nos camarades au sein de Solidaires (sur une liste pour les élections prudhommales pour l'un, à Solidaires retraités pour l'autre) et les échanges lors de l'assemblée générale révèlent qu'il est toujours intéressant de pouvoir rencontrer d'autres militants, de partager avec eux nos expériences, de profiter des formations instructives de la Fédération. Pour de grandes questions de société (retraites, RTT...), le SNJ ne peut se défendre seul et peut avoir besoin de l'appui d'une fédération. Les journalistes ont également du mal à mobiliser pour un mouvement de grève, et peut profiter d'une interprofessionnelle.
Mais, en contrepartie, le SNJ ne risque-t-il pas de perdre son identité dans cette section intercatégorielle ? Face aux d'autres catégories sociales (ouvriers du livre par exemple), quel sera le poids des journalistes dans cette section ? Par ailleurs, les adhérents de Solidaires ne font pas le même syndicalisme que nous : c'est un syndicalisme de lutte, révolutionnaire, qui fonctionne grâce à des syndicats de grandes entreprises (PTT, Rail, impots...) et avec des permanents nationaux.
Le débat montre bien les inquiétudes des adhérents et la difficulté à prendre position. C'est pourquoi aucun vote n'est fait ni aucune motion rédigée. Pour l'instant.
Le débat devrait continuer sur ce blog par exemple ou par des échanges de mails. Une position sera ensuite dégagée pour être présentée lors du Comité national du SNJ les 27 et 28 mars à Paris. Il est d'ailleurs convenu que nous soyons nombreux à nous y rendre pour participer à ce débat sur Solidaires.

Partager cet article

Repost 0
Published by snj-normandie.over-blog.com - dans syndicat
commenter cet article

commentaires

snj-normandie.over-blog.com 10/02/2010 09:19


Caen, le 10 février 2010
De : Bertrand de La Sayette


En vrac , quelques réflexions



Dans le débat qui nous occupe aujourd’hui, et sur notre implication dans l’ex-groupe de Dix devenu Solidaire par la suite, je ne peux que témoigner sur un point. Celui de mon engagement au côté de
solidaire comme candidat SNJ sur une liste « commune » lors des élections Prudhommales de septembre octobre 2008.
Les réunions que j’ai eues avec le bureau départemental et régional de Solidaire pour préparer ce scrutin ont été pour le moins moroses sauf avec un des membres de ce bureau avec lequel je suis
entré en relation via P Delimauges.
Ce vieux militant voisin de quartier et de bistrot partageait avec ma pomme quelques visions communes concernant ce bas monde.
Par contre, les réunions de « bureau-section-comité restreint- etc. » étaient d’un ennui accablant et le journaliste, un peu comme un chien dans un jeux de quilles. Après quelques
réflexions bien senties sur la fainéantise de mes confrères de OF et de France 3 « qui n’avaient consacré que 30 lignes à la venue d’Annick Coupé à Caen … ils ont inventé les 25
heures/ hebdo » et certainement sur la mienne) j’ai eu droit à quelques poncifs concernant notre liberté « achetée par les grands patrons », bref une méconnaissance de notre métier
qui semblait flagrante et particulièrement pour les Sud Education et Sud Culture. Quand pour ma part, j’ai annoncé mon salaire après trente ans de carrière, un ange est passé…
Quant à l’organisation locale de Solidaire/Sud, c’est un modèle du genre avec quelques permanents très débordés, des responsables syndicaux un poil sectaire et au verbiage tourmenté … Pas vraiment
fait pour les non-initiés et gros sentiments de malaise pour le co-listier.
Après cet épisode électoral, (  bien que la liste sur laquelle j’étais candidat se fut bien distinguée), plus de signes tangibles ni physiques ni téléphoniques de la part des Solidaires/Sud,
si ce n’est une avalanche de courriels où je recevais tous les communiqués des différents Sud de la région et ceux du National.
J’ai du y mettre un par feux électronique…
Au vue de cette expérience de concubinage, je vais tenter de répondre à quelques questions sur les dix posées par le BN pour préparer ce débat sur la « suditude ». Bien évidemment ces
réflexions n’engagent que moi-même et pas le bureau de la section Normandie.

1)Afficher l’appartenance à Solidaire?
Affichons d’abord la nôtre et de manière plus radicale.

2)Le SNJ doit-il se limiter aux questions purement catégorielles ?
Je suis pour ouvrir des problématiques plus larges, pour tisser des liens forts avec d’autres catégories socio professionnelles. Nous savons le faire dans le cadre de notre métier, le faire dans
le » civil» ne me semble pas impossible à moins que certains (et c’est très respectable) ne souhaitent pas mélanger vie privée et vie professionnelle. Quant à l’adjectif
« catégoriel », est-ce un non-sens ?
3) Vers un Solidaires-médias ?
Cela me semblerait être une idée intéressante pour réfléchir, mais surtout répondre ensemble aux atteintes sur les droits d’auteur et le droit d’auteur salarié. À ce stade, beaucoup de producteurs
intellectuels sont concernés.

4)Peut-on s’exprimer autrement que par rapport à Solidaire?
Oui et sûrement. Comment ? En ne se laissant plus marché sur la gueule par le soi-disant (SNJ) CGT et ne se faisant pas toujours distancer par RSF sur les problèmes des droits de l’homme et de la
déontologie.
C’est bien beau de faire un travail de fond depuis des lustres et des lustres, de faire avancer le droit et les conventions collectives, de défendre et d’assister les journalistes… Soyons en fiers,
mais sachons le faire savoir. Il en est plus que temps, même si nous devons réfléchir (sans perdre notre âme) à la Loi d’août 2008 sur la représentativité syndicale et la nécessité de trouver des
alliances. On peut à ce sujet réfléchir à des » inters.pro », Mais attention, à ne pas en faire un sas d’entrée aux communicants de tout poil. Nous ne sommes que 37000 journalistes en
France contre 200 000 communicants. Chaud aux fesses...

En résumé et de manière personnelle je reste très attaché à mon statut de journaliste, aux principes et à la déontologie de la profession. En clair, peut-on être  » un journaliste digne de ce
nom … »  et phagocyté par d’autres ?

Avec mes amitiés syndicales et confraternelles.

Bertrand. Section Normandie . SNJ AOC.