Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de snj-normandie.over-blog.com
  • Le blog de snj-normandie.over-blog.com
  • : Le syndicat national des journalistes propose ce blog à tous ses adhérents et sympathisants pour faire le point sur l'actualité sociale dans les entreprises de presse de Normandie.
  • Contact

Syndiquez-vous !

Plus qu'une possibilité, c'est devenu aujourd'hui une nécessité. Face à un actionnariat de presse qui ne cesse de se concentrer, qui chaque jour multiplie les atteintes aux conditions de travail (blocage des salaires, tentatives de supprimer des RTT, plans sociaux qu'ils soient officiels ou déguisés), qui met en oeuvre des stratégies globales (notamment sur les droits d'auteur), le SNJ apporte ses réponses. Majoritaire dans la profession, il sera d'autant plus fort que ses militants seront plus nombreux.

Recherche

En musique

4 avril 2013 4 04 /04 /avril /2013 18:26

Rodolphe Baron, de Rue 89, publie une intéressante enquête sur la rémunération d'un journaliste en province. De quoi mettre en échec des idées reçues et avec plein de liens utiles.

 

Laurent, journaliste en région : 1476€ par mois et des avantages

Rodolphe Baron | Rue89

 

Avant, Laurent (le prénom a été changé), 39 ans, a été prof d’histoire-géo remplaçant. Correspondant en région de longue date, il a longtemps hésité entre la voie pour laquelle il était formé et celle qui l’attirait. L’année 2006 marque l’épilogue de dix ans de bons et loyaux services dans l’Education nationale.

Laurent laisse tout tomber pour le journalisme, l’aventure, la précarité aussi. Il « monte à Paris » et découvre la précarité des pigistes parisiens. Il déchante et revient à la région, en Rhône-Alpes, où il trouve un job à la matinale d’une radio lyonnaise.

 

La suite :

http://www.rue89.com/rue89-eco/2013/04/02/laurent-journaliste-region-1-476-euros-mois-quelques-avantages-240847

Repost 0
Published by SNJ - dans salaires
commenter cet article
20 mars 2013 3 20 /03 /mars /2013 12:00
La négociation salariale de la branche PHR a débouché, jeudi 17 janvier, sur une offre patronale dérisoire. Après avoir annoncé un gel des salaires en 2013, les patrons ont lâché + 0,5% au 1er juin prochain. Le SNJ n'a évidemment pas signé une augmentation aussi minime, ni aucune autre organisation syndicale a priori.
Les patrons prétendent « naviguer à vue ». Ils affirment en outre que la période est faiblement inflationniste. Ce n'est pourtant pas ce que vivent au quotidien les salariés de la presse hebdomadaire régionale.
PUBLIHEBDOS À LA TRAÎNE
Alors que les résultats plus que florissants de Publihebdos lui permettraient de jouer un rôle de locomotive en matière de politique salariale de branche, les négociateurs du SNJ ont entendu la partie patronale expliquer qu'au contraire, les petites entreprises pourraient éventuellement se montrer plus généreuses, mais que pour les grands groupes les sommes en jeu étaient, en volume, bien plus conséquentes ! Ben oui... Un discours inouï, tenu en présence de trois représentants patronaux du groupe Publihebdos.
Le SNJ a demandé à la branche d'engager sans délai une révision des grilles. La question ne sera examinée qu'en septembre. D'ici là, et malgré les recommandations de la Direction générale du travail qui invite les branches dans la même situation à se mettre en règle, on va continuer d'assister à la plongée des premiers coefficients sous le Smic. Avec les effets que l'on sait sur l'ensemble de la grille : tassement des rémunérations, perspectives d'évolution bouchées...
NÉGOCIATION DANS L’ENTREPRISE
La négociation annuelle obligatoire (NAO) sur les salaires commence dans l'entreprise. En novembre dernier, le rapport de l'expert comptable du comité d'entreprise, Syndex, a révélé que l'année 2011 avait été extrêmement profitable.
Une information qui contraste singulièrement avec le discours toujours pessimiste qui est tenu par la direction dans toutes les rédactions, tous les services. Puisque la direction ne le dit pas- et prétend même le contraire -, il faut le répéter : Publihebdos gagne de l'argent, beaucoup d'argent.
Le rapport Syndex a établi que le premier trimestre 2012 avait même été mirifique .
Un taux de résultat tel (13 %) qu'il n'existe quasiment nulle part dans la presse. Il est grand temps que les salariés, premiers responsables de la prospérité de Publihebdos, en recueillent les fruits. Le SNJ saura le dire à la direction dans les semaines qui viennent.
 
Prime Sarkozy : le geste mesquin de la direction

Les salariés de Publihebdos ne toucheront pas de prime dite "Sarkozy" sur les résultats de 2011. En 2011, sur la base des résultats de 2010, Publihebdos avait remonté 1,5 million d'euros à l'actionnaire (Sipa). Cela nous avait valu de toucher 300 euros, après une négociation demandée par le SNJ.
La loi dit que la "prime de partage des profits" s'impose aux entreprises dont la distribution la moyenne des deux exercices précédents. Cette moyenne s'établit à 750 000 euros (1,5 million d'euros en 2011, donc, et rien en 2010). La direction cette fois a calculé au plus juste la remontée de dividendes pour ne pas déclencher la fameuse prime : 700 000 euros. 50 000 euros en-dessous du seuil ! Voilà comment les salariés de Publibebdos ont été habilement privés d'une nouvelle prime de 300 euros cette année.

Repost 0
Published by SNJ - dans salaires
commenter cet article
15 février 2012 3 15 /02 /février /2012 19:01

rubon0Le 19 janvier dernier, les patrons de la presse hebdomadaire régionale (PHR) 
ont décrété unilatéralement un gel des salaires pour l'année 2012. De plus, alors 
qu'ils s'étaient engagés trois mois plus tôt à compenser intégralement la dérive 
des prix enregistrée en 2011, ils ont renié cette promesse.  
Au lieu des + 1,1 % que les salariés de la PHR étaient en droit d'attendre pour 
simplement maintenir leur pouvoir d'achat, les patrons n'appliqueront qu'une 
augmentation minimale de + 0,8 % sur la paye de février. Une annonce 
gravissime qui intervient dans un contexte de forte inflation (+ 0,4 % pour le 
seul mois de décembre). 
 
Deux représentants de Publihebdos siégeaient côté patronal. On ne les a pas 
entendus quand les patrons se sont prétendus à la tête d'entreprises "exsangues". 
Pas davantage quand la délégation patronale a expliqué que l'apparition des 
hebdomadaires gratuits fragilisait le modèle économique de la PHR ! 
 
Les négociateurs du Syndicat national des journalistes (SNJ) n'ont 
malheureusement senti à aucun moment que Publihebdos cherchait à 
promouvoir, comme son éclatante santé financière le lui permettrait, un modèle social moins défavorable pour les salariés de la PHR. 
 
La négociation annuelle obligatoire sur les salaires est en cours dans l'entreprise. 
Le SNJ prévient d'ores et déjà la direction que le simple alignement de 
Publihebdos sur la politique salariale de la "branche" serait perçu par les salariés 
comme une provocation. 
 
 
Rennes, le 15 février 2012. 

Repost 0
Published by SNJ - dans salaires
commenter cet article
21 janvier 2012 6 21 /01 /janvier /2012 11:00

Les délégués du SNJ étaient jeudi à Paris pour "discuter" des augmentations de branche au sein de la PHR (presse hebdomadaire régionale).
Ils sont rentrés dépités par les propositions de nos généreux patrons. Alors qu'il nous manque plus de 1,5% pour rattraper le retard pris en 2011 sur l'évolution du coût de la vie, les généreux patrons ont d'abord proposé 0,5% avant de monter à 0,8% au titre d'un rattrapage qui ne rattrape rien et d'annoncer dans la foulée le gel des salaires pour la suite de l'année 2012. Incroyable marche arrière !
On vit effectivement dans un monde extraordinaire, où la parole donnée n'a aucune valeur dès lors qu'elle est patronale.
L'indice INSEE était une valeur référence jusqu'ici pour renvoyer joyeusement les négos au sein des entreprises. On modérait donc toutes les augmentations générales sur l'indice bidon du coût de la vie alors que les entreprises et leurs patrons faisaient des bénéfices.
Pour que ces derniers continuent à en faire, on va donc maintenant taper sur le salaire des employés et des journalistes et remettre en cause un fonctionnement qui était déjà présenté comme a minima.


Honteux !

 

D'autant qu'on peut vous garantir que les salaires des cadres et des patrons ne seront pas gelés, quant à eux. Car les fausses primes d'objectifs seront là pour les faire fructifier en fin d'exercice.
Donc oui, on va mettre la barre bien haute à la 2e réunion de NAO, fin février.
Mais il faut aussi songer à mettre la pression au niveau de la base. Et peut-être envisager un préavis de grève après la réunion de fin février si celle-ci n'accouche d'aucune avancée au sein de PubliHebdos. Une entreprise bien loin d'être exsangue (encore 4 Millions de résultats nets en 2011)...

Repost 0
Published by SNJ - dans salaires
commenter cet article
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 18:48

L’intersyndicale CFTC CFDT CGC CGT FO SNJ, réunie le 22 février 2011, constate que le mouvement auquel elle a appelé le 18 février pour une non-parution du daté du 19 février dans les titres de presse quotidienne en régions a mobilisé un nombre de salariés sans précédent, qui a permis l’expression d’une très forte préoccupation sur les salaires et sur leur évolution.

Les directions d’entreprise, à cette occasion, ont proposé, dans tous les groupes, l’ouverture de négociations locales sur les salaires réels, contredisant de fait la thèse du SPQR. Le syndicat patronal recommande la prise en compte unilatérale de 3 fois 0,5% uniquement sur les minimas, occultant au passage l’indispensable rattrapage au titre de l’année 2010. En réponse au mouvement du 18 février, le SPQR a envoyé une fin de non recevoir à l’intersyndicale, maintenant son intention de rompre le dialogue et de vider dorénavant de tout contenu la négociation salariale à l’échelon de la branche nationale.

La meilleure manière de faire évoluer les salaires de toutes les catégories de personnels de la Presse quotidienne en région consiste, pour l’intersyndicale, à recourir au cadre national de négociation et à un cadre local destiné à l’améliorer, sachant que l’existence d’un accord national sur les salaires tire toutes les rémunérations vers le haut, et garantit une cohésion salariale dans l’ensemble des titres.

L’intersyndicale dénie au SPQR le droit de décréter unilatéralement que la branche est le bon niveau de négociations pour des thèmes qu’il choisit et non pour les salaires.

L’intersyndicale estime que les négociations de branche sur les salaires ont été bafouées. Le président du SPQR doit ouvrir sans délais de réelles négociations salariales, qui offriront comme le passé l’a prouvé une référence positive pour le salaire de toutes et tous.

Dans ce contexte, l’intersyndicale affirme que la réunion du 3 mars, initialement prévue sur la GPEC, doit se transformer en négociation salariale.

L’intersyndicale déclare que la question salariale reste ouverte et demeure mobilisée pour rechercher une issue positive aux actions en cours.

Repost 0
Published by SNJ - dans salaires
commenter cet article
15 février 2011 2 15 /02 /février /2011 18:13

La réunion du 15 février au siège du SPQR n’aura été qu’un simulacre de négociation

Après une 1re réunion, où très généreusement le SPQR a proposé d'augmenter les seuls minima sociaux de 1,2 % (alors que la quasi totalité des rédactions de la presse quotidienne régionale bénéficie de salaires qui sont, fort heureusement, supérieurs aux minima), une 2e réunion provoquée en urgance à la suite d'une menace de grève n'a pas donné grand chose aujourd'hui à Paris.

 

 

Le SPQR persiste dans sa volonté destructrice consistant à ne négocier la politique salariale de branche que sur les minimas, et non comme auparavant, sur les salaires réels. Constatant que l’attitude du SPQR vise à instaurer une baisse généralisée des salaires de l’ensemble des catégories de salariés, les organisations syndicales CGT - CFDT - CFTC - CGC - FO - SNJ confirment leur appel à cesser le travail le vendredi 18 février. Cette journée d’action entraînera une non-parution des titres daté du 19 février.

Au-delà de ce mouvement, les organisations syndicales appellent les salariés à rester mobilisés pour envisager toutes formes d’actions ultérieures et amener la partie patronale à reprendre les négociations sur la base d’une véritable politique salariale de branche.

Les organisations syndicales, dans ce contexte, ont décidé et annoncé à l’issue de la réunion la suspension de l’ensemble du calendrier des négociations de branche PQR-PQD.

Paris,

le 15 février 2011

 

Repost 0
Published by SNJ - dans salaires
commenter cet article
22 février 2010 1 22 /02 /février /2010 10:37

 On ne résisite pas à sortir de nos archives une vidéo de janvier 2009. Alors même que nos patrons de la PQR freinaient des quatre fers pour accorder (ce qu'ils ne firent pas) une augmentation générale des salaires en rapport avec l'inflation, Frédéric Aurand distillait ses vérités à la télé.



" L'envol des salaire dans la presse monsieur mais si vous saviez... !!!! "

 

 

 

Sur le site

http://actu.orange.fr/buzz-Orange-Figaro/20090119/427-interview-frederic-aurand.html

 

 , vous trouverez en vidéo le regretté Frédéric Aurand, début 2009, ex-bras droit du Groupe Hersant Média expliquer comment "les salaires s'envolent dans la presse chaque année " compte tenu de" l'existence d'accords spécifiques à cette profession. Un comble et un pur moment de plaisir pour tous les salariés de la SNPEI dont les salaires sont quasi gelés depuis des années, les indices sans rapport avec les fonctions réellement exercées et les notes de frais quasi interdites itou.  Frédéric Aurand, un comique qui s'ignore ?

 

http://actu.orange.fr/buzz-Orange-Figaro/20090119/427-interview-frederic-aurand.html

Repost 0
Published by snj-normandie.over-blog.com - dans salaires
commenter cet article
16 février 2010 2 16 /02 /février /2010 00:28
 

C'est la bonne surprise des négos de branche au sein de la presse hebdomadaire régionale. Les salaires seront augmentés de 1 % le 1er mars. Pierre Didier (Publihebdos, Evreux) et Claude Cécile (Publihebdos, Mantes) étaient les négociateurs du SNJ lors de cette réunion tenue en fin de semaine denière (voirun post précédent).
Hélas, pas d'accord en vue sur le tarif de pige en PHR (ouverture à 7.5 euros le feuillet, avancée ridicule jusqu'à 10 euros et donc refus des syndicats). 

Par ailleurs, les patrons de la PHR ont souhaité ouvrir une négociation sur un accord de branche sur les droits d'auteur. Nos représentants ont discuté mais ont constaté la frilosité des patrons une nouvelle fois, avec une ouverture minimaliste à 100 euros/an et une périodicité étendue à 6 semaines pour un hebdo. Pas d'accord en vue donc, la non plus, mais certainement une nouvelle discussion en septembre.

Repost 0
Published by snj-normandie.over-blog.com - dans salaires
commenter cet article
10 février 2010 3 10 /02 /février /2010 08:42
Evreux, le 10 février
Les organisations syndicales de la presse hebdomadaire régionale (PHR) rencontrent le patronat de leur branche ce 11 février. Au menu :
1. Barême de pige à établir.
2. Proposition patronale d'un accord de branche pour les droits d'auteur (a priori incompatible avec la loi Hadopi !)
3. Politique salariale 2010 (0% en 2009 et probablement pareil en 2010…)
A noter que lors de la NAO 2008 à Publihebdos, nous avions obtenu une hausse salariale de + 2% pour les salaires inférieurs à 1650 euros brut et + 1% pour les salaires supérieurs.
Repost 0
Published by snj-normandie.over-blog.com - dans salaires
commenter cet article
10 février 2010 3 10 /02 /février /2010 08:37
La négociation annuelle obligatoire commence dans le groupe Publihebdos, et les salariés - sous la bannière d'une intersyndicale - veulent les dividendes de leur travail.  La négo s'est ouverte le 28 janvier dernier et reste suspendue à ce jour à la rencontre avec les patrons de la PHR à Paris ce jeudi 11 février.NAO 2009 : demandes de l'Intersyndicale Publihebdos (décembre 2009)

Conscient d'un contexte économique délicat mais également de la très bonne santé globale de l'entreprise Publihebdos, les syndicats formulent une demande conjointe pour la Négociation Annuelle Obligatoire 2009.
A. Salaires.
L'Intersyndicale de Publihebdos propose à la Direction d'étudier, par ordre de priorité, les divers leviers d'augmentation salariale suivants, en axant essentiellement  leur demande sur les plus bas salaires :
1.  la reconduction d'une augmentation par pourcentage en fonction du salaire brut :
- + 3% pour un salaire brut inférieur ou égal à 1650 euros.
- + 2% pour un salaire brut entre 1651 et 2400 euros.
- + 0.5 % au-delà.
2. une augmentation graduelle et égale de :
- + 60 euros mensuels pour un salaire brut inférieur ou égal à 2500 euros.
- + 20 euros mensuels pour un salaire brut au-delà de 2500 euros.
3. une avancée progressive vers un 14e mois (sur le modèle Ouest-France)
De plus, l'Intersyndicale de Publihebdos demande l'application d'un examen triennal individualisé des salaires pour l'ensemble des ouvriers, employés et journalistes, avec une revalorisation salariale à la clé.
B. Tickets Restaurant
L'Intersyndicale de Publihebdos demande à la Direction de revaloriser la valeur faciale des titres déjeuners (4 euros actuellement) à 7 euros et de prendre à sa charge 60 % du coût (50 % actuellement).
NB : Calendrier des réunions NAO 2009 : jeudi 21 janvier (11h) ; jeudi 25 février (11h) ; jeudi 25 mars (11h). Signatures le jeudi 29 avril 2010 pour application au 1er juillet 2010.
Repost 0
Published by snj-normandie.over-blog.com - dans salaires
commenter cet article